Le toponyme Mondrain

Mondrain : eh oui, un mot bien de chez nous!

Si vous êtes de Saint-Anaclet, le joli terme « mondrain » vous est peut-être familier. Il y a de fortes chances que vous l’ayez déjà entendu dans une conversation, mais au-delà de cette connaissance orale, avez-vous une idée de son origine, de sa graphie et de sa signification?

Quand, voilà quelques années, un groupe de résidents du 2e Rang Ouest de Saint-Anaclet s’est fait offrir la possibilité de devenir propriétaire d’une gravière située au pied de la butte appelée localement Mondrain, les membres du bureau de direction ont étudié la possibilité d’inclure ce mystérieux toponyme dans le nom qui pourrait définir la nouvelle vocation de l’association. Cette jolie butte, bien visible en tout temps quand vous circulez dans les 2e et 3e Rangs Ouest, se fait remarquer encore plus facilement le soir grâce à la grande croix rouge qui illumine son sommet.

Vue du Mondrain dans le 3e Rang Ouest

Vue du Mondrain dans le 3e Rang Ouest. Photo Jacques Dionne

La croix du Mondrain

La croix du Mondrain dans le 3e Rang Ouest. Photo Jacques Dionne

Première surprise! Nos recherches initiales sur ce toponyme nous ont permis de constater qu’il existait diverses graphies dans l’usage local. Dans Internet par exemple, nous avons vu que les graphies « mont-drin », « mondrin », « mont-drain » et « mondrain » coexistaient, sans que rien ni personne ne donne une explication satisfaisante sur la graphie du mot, ni sur son origine.

Devant cette diversité d’écritures, l’association s’est adressée à la Commission de toponymie du Québec (CTQ) pour connaître son point de vue sur le sujet. Rappelons que cet organisme gouvernemental a pour mission de définir et de nommer les noms de lieux au Québec, et de les officialiser le cas échéant.

Nouvelle surprise, et de taille celle-là! La CTQ ne connaissait pas ce terme. Elle nous a dit toutefois en avoir trouvé diverses attestations sous la graphie « mondrain ». La première occurrence de ce mot figure dans un dictionnaire québécois, qui, outre le lexique français commun avec la France, inclut de nombreux régionalismes québécois. Ainsi, le Dictionnaire nord-américain de la langue française (Bélisle Éditeur, 1974) relève ce mot avec le sens suivant : « Petit monticule de sable dans une plaine. » À la suite d’autres recherches, la CTQ pense que ce terme pourrait être la contraction de l’expression « mont de rien ».

Ces informations sont intéressantes certes, mais la seconde attestation trouvée par la CTQ est assez surprenante; elle dit en avoir relevé deux occurrences dans le livre écrit par le Comité d’histoire des fêtes du 125e anniversaire de Saint-Anaclet (Saint-Anaclet… Un monde à découvrir, 1859-1984). Ainsi, selon cette source, il semble que déjà en 1872, nos ancêtres du village nommaient l’actuel 3e Rang Ouest de Saint-Anaclet, le « rang du Mondrain ». À quel moment ce nom d’origine a-t-il été substitué par l’appellation 3e Rang Ouest? Pour l’instant, l’histoire ne nous le dit pas.

Toutefois, d’autres recherches que j’ai faites dans la version Internet de la Bibliothèque de France laissent voir que ce terme d’ancien français, relevé dans plusieurs récits de voyage, désignait très souvent des élévations de plus ou moins grande importance dans divers lieux, qu’il s’agisse de buttes, de collines, de monts ou de caps.

Reconnaissant l’originalité, voire l’unicité de ce toponyme, la Commission de toponymie du Québec nous a suggéré fortement de lui faire une demande d’officialisation. Du côté de l’association, nous avons vu là la possibilité de laisser notre marque dans l’histoire régionale, et nous avons prestement répondu à la CTQ en lui adressant une demande en bonne et due forme. Quelques semaines plus tard, la CTQ informait l’association qu’elle avait officialisé ce toponyme à sa réunion du 5 septembre 2014.

Les documents entourant ce fait d’armes font maintenant partie de nos archives officielles et constituent pour l’association une fierté collective. Le Mondrain, l’orthographe finalement retenue par la CTQ, désigne dorénavant la butte située à la jonction de Saint-Anaclet et de Rimouski, plus précisément à la jonction du 48e parallèle et du 68e méridien.

L’officialisation de ce toponyme assurera d’une certaine manière la pérennité de notre association, puisque selon la CTQ, « le toponyme Mondrain figurera dorénavant sur les cartes et dans les documents officiels des divers ministères du gouvernement du Québec. »

Si l’association a eu la chance d’hériter d’un immense terrain grâce à la générosité d’un entrepreneur régional, elle est à son tour très fière de pouvoir faire revivre de façon officielle ce mot bien de chez nous, que nous ont légué nos ancêtres.

Claude Demers, membre actif

À propos de Claude Demers

Retraité de la fonction publique, après 32 ans de service comme linguiste, puis comme conseiller en francisation à l’Office québécois de la langue française.
Ce contenu a été publié dans Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le toponyme Mondrain

  1. Jean-Pierre Lamontagne dit :

    Bonjour Claude,,
    C’est vraiment un article très intéressant.

    Félicitations.

    Jean-Pierre

  2. Ping : Marche: Les sentiers de la croix Mondrain de St-Anaclet – 3.5km – Vélo Spécialité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *